Site d’informations indépendant, sur les communes des Hautes Vallées des Gaves dans le 65
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

ARRENS-MARSOUS - 180 emplois sauvés dans le VAL d’AZUN

vendredi 20 mars 2009 par Rédaction

La Maison d’Accueil Spécialisé (MAS) Jean François HENRY gérée par l’Association des Paralysés de France restera à ARRENS-MARSOUS.

C’est autour des plans réalisés par l’ATELIER ARCHITECTURE A3+ que les acteurs de ce projet se sont retrouvés afin de finaliser le dossier. Les nouveaux bâtiments répondent à la double demande : celle formulée par l’APF qui souhaitait rendre à l’établissement une taille humaine et proposer un accompagnement de qualité et de proximité et celle de la DDASS de réduire les coûts de fonctionnement.

Il faut remonter en 2003, à la suite d’une inspection de la DDASS/DRASS/CRAM que les locaux actuels étaient déclarés inadaptés qui condamnait la MAS à la fermeture à terme.
Impensable pour le Maire Marcel FABRE et le Conseil Municipal d’ARRENS-MARSOUS, qui ne pouvaient perdre 180 emplois sur la commune. Il aura fallu quatre ans avec l’aide de la Députée Chantal ROBIN-RODRIGO, du Conseiller Général Marc LEO, de la Directrice de la DDASS, Mme LAFONT et les Directeurs de l’A.P.F, M. Jacques LAURENT à TOULOUSE et Philippe ROUQUIER-PERRET pour trouver une solution acceptable par tous.

« C’est un vrai projet d’aménagement du territoire, exemplaire visant à garder dans le Val d’AZUN des emplois nécessaires à la vie de la vallée. La volonté, la ténacité de tous ces acteurs ont permis d’éviter sa délocalisation » devait souligner la députée.

Comment imaginer ARRENS-MARSOUS sans ses résidents, parfaitement intégrés au village, que l’on croise dans les rues et qui sont devenus des amis. Marcel Fabre remerciait tous les propriétaires de terrains qui ont accepté - conscients de l’enjeu socio-économique que la MAS représentait - de vendre leur bien pour que puisse se réaliser le projet de cette nouvelle structure.

Les architectes ont fait des prouesses techniques (énergie renouvelable – choix des matériaux) pour proposer des bâtiments parfaitement intégrés dans l’environnement, tous en rez de chaussée (4000 m²) correspondant aux besoins des 51 personnes qui y seront logées, des équipes médicales, et du pôle administratif pour un budget de 7.700.000 euros.

La vallée respire et se félicite du choix de l’APF d’y demeurer.


[bleu]Mis en ligne vendredi 20 mars 2009[/bleu]