Site d’informations indépendant, sur les communes des Hautes Vallées des Gaves dans le 65
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Attaques de vautours : ça recommence !

lundi 6 juin 2011 par Rédaction

En fait, les attaques de vautours n’ont jamais vraiment cessé depuis des années que le problème est soulevé. Pire encore ! L’État organise des réunions, rassure, « fait semblant de faire quelque chose mais ne fait rien ».

Encore une fois, Véronique Marcou, maire de Vier-Bordes, fait exploser sa colère. L’an dernier, elle disait : « Ça suffit ! » http://www.argeles-infos.com/spip.php?article520 . Aujourd’hui : « Il faut que ça bouge maintenant ». Et de poursuivre en alertant tout le monde : préfet, sous-préfet, parc national, le président Berdou, le vice-président Azavant, gendarmerie, etc.... : « Je ne veux pas passer un été comme l’an dernier. Un an qu’on se bat pour rien »

Le berger ramène une brebis blessée sur ses épaules.

Le troupeau de Jean-Pierre Prat, de Vier-Bordes, (l’exploitation est sur Ayros-Arbouix) est sur l’estive du Hautacam depuis le 28 mai dernier. Progressivement, en prenant leur temps, les bêtes montent vers leurs quartiers d’été de la montagne de Sia au pied du Léviste en fonction de la pousse de l’herbe. C’est aussi ça le bien-être animal : laisser le temps au temps sans bousculer les bêtes. Il en est ainsi chaque année depuis des générations de Prat.

Ce dimanche matin, comme il le fait toujours régulièrement, Jean-Pierre va rendre visite à ses bêtes. Mais arrivé au col de Sia il lui semble que quelque chose se passe. Un coup de jumelle et il comprend vite : les vautours sont déjà là. « Il y en avait un en dessous le troupeau » nous dit-il. « un autre prés du bois de Villelongue... J’entendais une agnelle bêler plus fort que d’habitude... J’y suis allé et là j’ai surpris le vautour sur j’agnelle encore vivante ». Il regroupe son troupeau mais il en manque encore 5. Une est retrouvée morte. Les autres disparues ou du moins pas retrouvées. « J’ai soigné la vivante, je l’ai mise sur mes épaules et je l’ai ramenée à la maison ». Malheureusement, l’agnelle qui avait perdu beaucoup de sang, ne survivra pas. Elle meurt devant nous sans pouvoir y faire quelque chose.

Triste fin pour une bête qu’il avait sélectionnée à la naissance afin d’assurer le renouvellement de son troupeau. Une fois encore, les vautours ont frappé sur la première venue.

La colère des paysans

La colère du père de Jean-Pierre est grande. « Je vais y aller régler leur compte ». Claude Vielle, éleveur sur le même secteur et représentant l’ASPP 65 arrive. Pareille colère même si son troupeau n’est pas atteint. « L’an dernier, 13 brebis mortes et pas une indemnisation ». La chambre d’Agriculture avait sollicité des tirs d’effarouchement auprès du ministère de l’Écologie. Sans succès. Il fallait encore réfléchir... « Le problème ce sont 2 ou 3 vautours. Il suffit de les abattre. Il y en a tellement que ça ne va pas remettre en cause l’avenir de la population... Et vite. Pas dans une semaine mais dès lundi ! » Le problème est que ce sont des volatiles protégés. Ils sont peut-être encore rares dans les Alpes malgré les vautours d’élevage qui sont lâchés, mais dans les Pyrénées, la notion de rareté est bien largement dépassée. « Si on ne peut pas le faire officiellement on ne dira rien..... » Quelle autre solution « face à l’autisme administratif et à une LPO qui refuse de voir la réalité du terrain ? ».

Une administration surprenante.

Il devrait y avoir un commission départementale « vautours » dans chaque département. Cette commission existe dans les Pyrénées-Atlantiques mais pas dans les Hautes-Pyrénées. Pourquoi ?
Dans les Pyrénées-Atlantiques, l’État propose encore une étude... Une expérience de placettes d’équarrissage ou nourrissage. On ne sait pas très bien. Pour l’ASPP 65 : « Pas question de nourrir les vautours avec des placettes. On ne reviendra pas dessus » nous dit Marie-Lise Broueilh contactée par téléphone. Déjà en 2009, un rapport avait été remis au Préfet des Pyrénées-Atlantiques qui présidait une commission interdépartementale 64 + 65. L’ASPP 65 s’en tient toujours à cette position et il est fort probable que les représentants de l’élevage suivront. Une série de réunions avait été organisée à la sous-préfecture d’Argelès jusqu’en septembre. Pour quel résultat ? Une étude supplémentaire menée par le Parc National des Pyrénées pour un coût de 40 000 Euros selon ce qui ressort de la commission « vautours » des Pyrénées-Atlantiques. On ne connaît pas beaucoup la crise dans ce milieu comme l’a déjà fait remarquer la Cour des Comptes pour la Fédération des Parcs Nationaux de France http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/ARR/A46709.pdf. Il n’y a pas d’argent pour indemniser les éleveurs victimes de la protection écologique mais il y en a pour des études qui ne servent à rien et n’en finissent pas d’occuper le naïf. C’est une habitude.... voir même une culture. Que devons-nous en penser ?

Prochainement, il y aura encore des réunions, on formera des commissions, on fera des études pour constater la même chose qu’il y a 5 ans. On fera des essais, notamment de nourrissage, dont les résultats sont connus d’avance sauf pour les spécialistes des fauteuils de bureau qui ont besoin de savoir et de se convaincre à travers des rapports de plus en plus épais à force de se répéter. Mais concrètement, beaucoup d’éleveurs sont convaincus qu’il n’y a pas grand chose à attendre des décisions de l’État qui a néanmoins l’obligation légale de protéger les troupeaux selon l’article L 113-1 du Code rural http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=3D573689511336E86802D68BF3F313E3.tpdjo15v_3?idSectionTA=LEGISCTA000006167971&cidTexte=LEGITEXT000006071367&dateTexte=20110426 . De cela, tout le monde s’en moque. Les loups arrivent, on veut mettre d’autres ours, les vautours attaquent, mais tout va très bien dans le meilleur des mondes. Nous vivons dans un paradis.

Alors il restera aux éleveurs à se défendre pour protéger leur outil de travail comme le prévoit également la législation http://www.pyrenees-pireneus.com/ENVIR-Droit-de-tuer-grands-predateurs-ours-loups.htm

Louis Dollo

En savoir plus :

• Encore des attaques de vautours ! Brebis et porcs noirs tués. Exclusif : Le diaporama d’une attaque derrière le Hautacam... http://www.tarbes-infos.com/spip.php?article2932

• Les vautours : « Ça suffit ! » : http://www.lourdes-infos.com/65100lourdes/IMG/pdf/Les_vautours.pdf et le diaporama http://www.argeles-infos.com/spip.php?article520

• Rapport de la Cour des comptes http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/ARR/A46709.pdf

• Gestion et pilotage des Parcs Nationaux : auditions au Sénat http://www.ccomptes.fr/fr/CC/Theme-241.html

• Dossier Vautours : http://www.pyrenees-pireneus.com/ENVIR-Faune-VautourFauve-Index.htm