Site d’informations indépendant, sur les communes des Hautes Vallées des Gaves dans le 65
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

L’ours au menu hier soir à Argelès

mercredi 19 janvier 2011 par Rédaction

Cela devient un rituel pour les éleveurs de se rendre à la salle Jean Bourdette à Argelès-Gazost pour confirmer leur hostilité aux introductions d’ours. Invités par l’ASPP 65 et l’AREDA, éleveurs et élus des villages de la vallée des Gaves avaient répondu nombreux à cet appel. Des Béarnais et même des Ariégeois avaient fait le déplacement pour témoigner de leur solidarité de même que des éleveurs des vallées voisines.

Bernard Moules, Président d’AREDA cadre la soirée : « Si nous avions passé autant de temps que ce que nous avons passé contre pour quelque chose de plus positif au profit de nos vallées…. ». En clair, il y a mieux à faire que de s’occuper de l’ours. Mais « il faut défendre le développement de nos territoires »… « Nous sommes soutenus par la quasi-totalité des élus et des citoyens de ce secteur ».

André Pujo, Maire d’Arcizans-Dessus, s’exprime au nom de l’association des maires. Il constate que la cohabitation n’est pas possible. Il rappelle avoir assisté à la conférence du Président du FAPAS (association de protection des ours dans les Asturies en Espagne) qui se tenait cet été sur sa commune. Les Asturies, c’est un autre contexte où il n’y a pas d’élevage ovin et un tourisme limité. Il note les contradictions entre les contraintes de la présence de l’ours et les orientations du Parc National. Entre l’animal et l’homme : « Je fais le choix de l’homme… Il n’y a plus d’ours autochtones… Il faut se battre pour l’homme ». Il présente aux élus présents un modèle de délibération à envoyer au Préfet des Pyrénées-Atlantiques et mentionne le contenu d’une lettre que leur a adressée la députée Chantal Robin-Rodrigo.

Marie-Lise Broueilh, Présidente de l’ASPP 65, « défend la dynamique des territoires et le développement durable » avec ses trois piliers : Environnement, social et économie. Elle refait l’historique de la présence de Franska qui doit faire l’objet d’un remplacement. Pour elle « c’est une provocation ».

Pourquoi participer à une consultation qui ne sert à rien ? « On nous donne l’occasion de se prononcer par délibération des élus issus du suffrage universel. Et il y a tout le public… » D’ailleurs, un modèle de lettre à envoyer au Préfet est diffusé. La Présidente de l’ASPP 65 rappelle que le Conseil Général a envoyé sa motion votée en assemblée plénière en 2009. Elle souligne des éléments du diagnostic partagé du Conseil Régional sur la biodiversité qui sont en totale opposition avec le projet d’introduction d’ours.

Bruno Besche-Commenge, de la coordination ADDIP, note les ambigüités du dossier qui est en fait une « demande d’autorisation d’introduction ». Puis il explique la subtilité manipulatrice utilisée autour de la liste rouge de l’UICN.

Pour terminer, Gérard Dubuc, co-président de l’ASPAP en Ariège, est venu dire sa solidarité et apporter son témoignage d’attaques presque quotidiennes sur sa petite commune de Saint-Lary dans le Couserans. De même, Jean-Pierre Pommiès pour la vallée de l’Ouzoum.

Lire communiqué de presse de l’ASPP 65 (.pdf ci-dessous)

E.P.