Site d’informations indépendant, sur les communes des Hautes Vallées des Gaves dans le 65
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Voyage à Barèges : la vie reprend... là où elle a toujours existé...

lundi 1er juillet 2013 par Rédaction

Voyage à Barèges : la vie reprend... là où elle a toujours existé...

Comme nous avons pu le constater jeudi en nous rendant d’Esterre à Barèges, la vie reprend dans la vallée y compris à Barèges. Si aujourd’hui il est possible, à certaines conditions, pour les habitants des villages sauf Sers et Barèges, de se rendre à Luz, ce n’était pas le cas la semaine dernière. Des réseaux de solidarité s’étaient organisés pour les transports, y compris scolaire, d’un point à l’autre, parfois entrecoupé d’une partie pédestre. Le passage sur les pistes pastorales avait cet avantage de faire des rencontres, une occasion de discuter et de se retrouver.

L’accès à Barèges

Hormis l’accès réglementé par le col du Tourmalet, celui par Betpouey et Lumière était remis au goût du jour. C’est celui des bergers qui transhument... Et c’est celui que nous avons choisi par la piste du Bolou et la forêt de l’Ayré. Itinéraire de randonnée très agréable. Des rencontres sympathiques comme Jeanne Souberbielle, 74 ans, qui, dans sa ferme isolée au-dessus de Viella commence à s’impatienter de ne pas avoir le téléphone... cordon ombilical indispensable pour les personnes âgées. Des rencontres étonnantes comme cet ancien boulanger perdu de vue depuis 35 ans. Ou ces ouvriers communaux qui entretiennent le chemin montant au Lienz créé dans les années 1930. « Ces murs en pierres sèches il faut les entretenir, ils sont jolis » nous dit un employé municipal. Et il a raison.

Diaporama d’Esterre à Barèges

A Barèges... presque normal

Arrivée sur Barèges, on entend les pelles mécaniques. Un bruit de chantier classique. Quoi de plus normal ? Cette arrivée dans Barèges est assez banale. Le Gîte l’Oasis est ouvert. J’y rentre comme chez moi. Personne ? Je repars. Je reviendrai plus tard. Il y a la table et le parasol dehors, ils ne doivent pas être bien loin.
Personne dans la rue. Ici des appartements sont à vendre. Plus haut, un chantier à proximité de l’hôtel du Tourmalet. Il y a un peu plus d’un an il était en « reconstruction ». Le paysage n’est pas vraiment différent. Quoique... Une peu plus haut il manque un pont, la maison Mendès a disparu, une autre en suspension. Le pont vers la nouvelle résidence s’est effondré. « On le démonte » nous dit un ouvrier. « Il vont y mettre un pont Bailey de l’armée, ça ira plus vite ». http://fr.wikipedia.org/wiki/Pont_Bailey En fait, il y en avait un avant. On va en remettre un autre, ça ne changera pas le paysage.
Plus bas, le parking des Thermes est propre. Quelques voitures stationnent. Il y a du bois dans le couloir d’avalanche de cet hiver. Qui ira le chercher ? Une prochaine crue du Bastan... pour bloquer les ponts plus bas ???
Sous le parking on refait la route qui rejoint le parking du Casino. Un chantier qui me rappelle quelques années en arrière. Décidément le temps se déroule en arrière. Le pont est toujours là. Il est possible de monter à Saint-Justin.... Betpouey n’est donc pas isolé, on peut y aller à pied...
Les pompiers nettoient le parking couvert. Il y reste quelques voitures qui ont subi la noyade. L’école est intacte. Les jouets des enfants encore dans la cour. Ils peuvent revenir, rien n’a bougé.
Du côté du RTM c’est un peu plus chaotique. Le pont y est toujours mais les bâtiments ont souffert. Pourtant, ils auraient pu prévoir une crue. C’est le service spécialisé... en Restauration des Terrains de Montagne. Ils montreront l’exemple en restaurant leur terrain. Excellent affaire !
Derrière la résidence de l’Ayré, il semble bien que le Bastan ait repris sa place. Même chose derrière l’ancienne Gendarmerie. Mais pourquoi a-t-il voulu passer par le portail ? Et s’enfiler dans la rue en direction de Cabadur et Luz ? Les mystères de l’eau. Et en plus il a accumulé les alluvions, terre et pierre, sur la route et devant l’HLM. Et il s’est permis un détour sur le camping de La Ribère. Pourquoi ? Car de l’autre côté la vieille digue Louvois (1) a tenu le choc. Mais il l’a contourné par là où il y avait du béton. Il faudra l’expliquer.
Denis Fourtine est sur son terrain. Il récupère ce qu’il est possible de récupérer avec une équipe de bénévoles. En fait, l’inondation n’est pas arrivée d’un coup, en une seule fois... C’est une action sur 3 jours et sans ce débordement par la gendarmerie, les clients seraient toujours en vacances dans leur camping-car. Denis Fourtine nous l’explique...

- Interview de Denis Fourtine (l’écoutez dans le diaporama)
Chacun à sa manière a vécu l’événement selon le lieu où il se trouvait et selon sa sensibilité. Est-ce que cela aurait pu être pire ? Pour Christophe Etchepare « on ne refait pas le match ». Il nous l’explique….

- Interview de Christophe Etchepare(l’écoutez dans le diaporama) : Comment ça s’est passé ?
Des dégâts mais... ça aurait pu être pire
« Tout le monde est vivant » peut-on entendre. Et encore : « Ça aurait pu être pire ». L’essentiel des réseaux eau, électricité, téléphone ; assainissement est sérieusement atteint. Une station d’épuration à revoir ou refaire... Actuellement, des câbles à même le sol pour assurer l’électricité partout. « EDF, RTE, ont été super efficace... Ils sont arrivés en hélicoptère et c’est allé très vite » nous dit-on unanime. Il aura fallu un peu plus de temps pour les réseaux de téléphonie mobile (seul Orange passe) et le fixe. Le réseau des eaux usées est rétabli. Tout peut fonctionner.
Sept maisons sont détruites dont le vieux moulin aménagé par Raymond Cazaux pour se faire un complément de retraite. D’autres devront l’être comme l’hôtel du Tourmalet qui menace l’ancien hôpital militaire. Ce dernier sera sauvé selon les experts malgré un profond creusement de 3m sous les fondations. « Le lit du Bastan a été creusé de 3m » nous dit-on. « Ça passe sous les fondations... Il faudra faire un enrochement et combler avec du béton marin ». Du jamais vu. Thierry nous dit « pendant la crue, le bâtiment tremblait ». Et pourtant sa construction n’est pas d’aujourd’hui. Il en a vu d’autres. Mais celle-là était exceptionnelle.

Pire qu’en 1897

En 1897, la crue avait été terrible. Mais à cette époque, elle n’avait charrié que des rochers. Cette fois, il n’y avait pas que 100 000 m3/seconde d’eau et de rocher. Il y avait aussi des troncs d’arbres qui barraient les ponts, faisaient barrage et s’élançaient comme des béliers. C’est d’ailleurs ce qui a détruit plusieurs granges anciennes. Tous les anciens nous dirons : « avant on pouvait ramasser le bois. On nettoyait les berges. Maintenant c’est interdit même de ramasser un caillou. » C’est vrai. Jadis, chacun faisait son sable pour le ciment et récupérait des pierres pour construire sa maison. Les arbres étaient entretenus et coupés régulièrement. Aujourd’hui, plus rien de tout ceci. La loi sur l’eau ne l’autorise pas. Pire : on crée des administrations coûteuses pour imaginer conserver et non protéger des berges sauvages où on y trouve la biodiversité. On rêve d’y voir partout des Desman. Que reste-t-il aujourd’hui de tous ces grands principes de la loi sur l’eau ou de la directive habitats ? Rien ! Absolument rien. Si l’heure est plus à la reconstruction qu’à la polémique, nous ne pourrons pas nous dispenser d’une sérieuse remise en cause de certains principes écologistes coûteux, inutiles et dangereux. Ce sont des réflexions indispensables à avoir pour l’avenir sans toujours remettre en cause l’existence même de l’homme.
L’avenir.... est en cours : « Résister, c’est vaincre ! »
Tous les barégeois savent que la Maintenon disait de leur village : « Le lieu le plus affreux que je peux vous dire ». Venue en cure au XVIIe siècle avec un fils de Louis XIV, Barèges n’était qu’un quartier thermal de Betpouey fait de cabanes démontées l’hiver. Aujourd’hui, Barèges est bien plus accueillant à en croire le nombre de touristes qui y passe tous les ans. Certes abimé, amputé de quelques maisons et d’un hôtel, une fois la route rétablie, même provisoirement, le visiteur sera surpris de voir Barèges debout, prêt à fonctionner et à accueillir à nouveau les curistes. Les Toy, mais aussi ceux qui, venus d’ailleurs, ont choisi de s’y installer ont la volonté d’y rester et de reconstruire ce qui a été détruit. Déjà jeudi soir, 150 des 208 habitants permanents étaient dans le village. Christophe Etchepare, hôtelier, (hôtel Central) nous faisait part e ses espoirs pour les jours à venir.
- Interview Christophe Etchepare : l’avenir(l’écoutez dans le diaporama)

Vie au village

Pour le « Pot infos » organisé par le maire Manu Corret, 125 personnes de Barèges et des villages avoisinants étaient présentes. Le maire a fait le point sur les avancées des travaux et les services actuellement organisés dans le village.
-  Suite à un arrêté modificatif les habitats permanents sont maintenant autorisés – Les habitats secondaires et touristiques sont toujours proscrits mais avec l’espoir d’une décision pour une ouverture à tout public dans le courant de la semaine prochaine.
-  Permanence d’un médecin assurée tous les jours
-  Permanence pharmacie semaine du 1 au 7/07 : mardi et jeudi de 10h à 12h30 et samedi de 10h à 12h.
-  Alimentation et pain : distribution de 11 h à 12 h à l’Hôtel Europe (en dehors de ces horaires, le pain restant sera mis à disposition devant la porte de l’Hôtel)
-  Agence postale ouverte de 9 h à11 h du lundi au vendredi, vente de timbres, retrait du courrier et départ du courrier à 10 h 30
-  Circulation réglementée pour faciliter l’avancement des travaux la journée, le stationnement et arrêt interdits sur la rue Ramond et la route de Labatsus.
-  Collecte des ordures ménagères : place Fourment, Résidence Ayré et place des Thermes, ramassage assuré le vendredi matin.
-  Le Secours Populaire propose d’aider les personnes en difficulté pour le règlement de leurs factures. Prendre contact avec M. Jullian par l’intermédiaire de la Mairie de Barèges
-  Le Secours Catholique met en place une action similaire et des bénévoles seront dans le village la semaine prochaine.
-  Le Centre de loisirs, Fédération Léo Lagrange65, maintient ses 2 séjours organisés avec le J Club et des sorties gratuites seront proposées aux enfants grâce à l’aide de différents organismes
-  Dons de vêtements : nous remercions les généreux donateurs et, à ce jour, nous n’avons plus de besoins.
-  Bibliothèque ouverte de 11 h à 12 h du lundi au vendredi
-  Des dispositions ont été prises pour que les ouvriers des entreprises puissent bénéficier des douches du Centre Hélios

Et nous pouvons rajouter pour les randonneurs que le gîte l’Oasis au centre du village est ouvert et est en mesure d’assurer la restauration le soir.
Par contre il n’y a pas de moyens de ravitaillement dans le village. Dans la journée, les randonneurs présents sont invités à ne pas perturber les travaux et à faire attention aux engins circulants en tous sens.

Louisette, àl’auberge du Lienz, est ouverte normalement... Nullement impacté par ces événements. Et des menus....

Les barégeois ont été très sensibles à la chaîne de solidarité qui s’est mise en place ainsi que les diverses manifestations qui se sont déroulées tout en rappelant que lundi 1er juillet 2013 à 19h il y avait le « Concert Solidarité » à la Halle Marcadieu à Tarbes

Louis Dollo

1. François-Michel Le Tellier marquis de Louvois, secrétaire d’État de la Guerre sous Louis XIV