Site d’informations indépendant, sur les communes des Hautes Vallées des Gaves dans le 65
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

Le refuge des Espuguettes rénové vient d’être inauguré

mardi 27 septembre 2011 par Rédaction

PHOTOS LOUIS DOLLO

Situé au-dessus de Gavarnie, au pied des Pics d’Astazou, face à la Brèche de Roland, à 2027 mètres d’altitude, le refuge du Parc National des Pyrénées des Espuguettes accueille aussi bien des randonneurs sur la HRP ou un circuit des cirques que des alpinistes effectuant les Astazou par le couloir Swan ou une quelconque voie d’escalade.

Construit en 1972, il ne répondait plus aux normes de sécurité incendie et sanitaires. Une réfection s’imposait tout en améliorant les conditions de travail des gardiens tant en cuisine, salle à manger que logement. Il aura fallu 3 ans pour réaliser les travaux dans des conditions « écologiques ». Les ouvriers montaient à pied. Pas d’hélico. Les matériaux et la conception remplissent les conditions HQE (Haute Qualité Environnementale) comme nous l’explique l’architecte du GCAU, Philippe Gitton.

Le président du Parc, André Berdou, avait fait le déplacement avec le directeur, Gilles Perron et le vice-président, Bernard Souberbielle, maire de Betpouey. Christian Bruzaud , maire de Gavarnie était également présent. Un excellent lunch avait été préparé pour les invités par les gardiens Noémie Mathieu et Pierre Casteigbou.

Christian Bruzaud rappelle que « ce refuge complète une offre touristique pour les clients de Gavarnie ». Il précise : « nous avons commencé par le refuge CAF de Bayselance. Nous avons encore le Brèche de Roland à réaliser ». André Berdou se dit être « un président heureux. J’inaugure ce qu’a préparé mon prédécesseur ». Il rappelle que cette réalisation a été effectuée « dans l’esprit de la future charte, au service des populations locales ».

En observant ce bâtiment, nous noterons l’évolution sensible de l’Architecte des Bâtiments de France, Mme Colonel. En effet, elle a enfin fini par accepter la pose de cellules photovoltaïques sur le toit.

Pour en savoir plus (pdf ci-dessous)

PDF - 2.5 Mo

Louis Dollo