Site d’informations indépendant, sur les communes des Hautes Vallées des Gaves dans le 65
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Communiqué de l’ASPP65, Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Pyrénéen, agréée protection de l’environnement.

jeudi 23 juillet 2009 par Rédaction

[rouge]COMMUNIQUE[/rouge]

Halte aux vautours d’élevage

Ils ne sont pas seulement sur les estives et les maisons à attaquer les bêtes vivantes, ils sont aujourd’hui dans les boîtes à lettre des éleveurs des cantons d’Arrens, Argelès-Gazost et Luz.

Depuis quelques semaines, l’association Nature-Midi-Pyrénées, qui se prononce en faveur des importations d’ours, mène une enquête sur les rapaces qui est en fait strictement limitée au vautour fauve.

Quels sont les enjeux ?

Après que la commission interdépartementale « vautours » a exclu la mise en place de placettes de nourrissage artificiel notamment pour des raisons sanitaires, cette organisation écologiste démarche, de manière sournoise, l’ensemble des éleveurs sur le rôle « d’outil d’équarrissage » /sic/ gratuit qu’elle veut faire jouer à ce rapace.

Nous savons de quelle manière ces associations manipulent les enquêtes pour l’avoir subi au profit d’importations d’ours sans aucun souci scientifique et dans un seul but idéologique. Une telle procédure conduirait, sous couvert de gratuité de l’équarrissage, à nourrir les vautours autour de nos villages, granges et maisons et participer au développement de cette population pour en faire plus des animaux d’élevage que des animaux sauvages.

Pas plus que n’importe quel autre animal, le vautour n’est un « outil ». Il doit continuer à jouer son rôle naturel de charognard. Mais c’est parce qu’en Espagne notamment, il a été artificiellement nourri par les déchets des élevages industriels que ses populations ont augmenté au-delà de ce que le milieu lui permet naturellement.

Nous connaissons les conséquences d’un tel comportement irresponsable : ce sont ces attaques sur le vivant que nous subissons sur l’ensemble de la chaîne des Pyrénées mais aussi dans les Alpes et le Massif Central, ainsi que dans toute l’Espagne parce que, trop nombreux, les vautours sont affamés. En 2007 déjà les éleveurs aragonais du Maesztrasgo refusaient ces places de nourrissage : « on risque de voir augmenter leur population, et se créer des colonies artificielles ».

Nous appelons les éleveurs des Hautes-Pyrénées à ne pas répondre à cette enquête et à ne pas recevoir l’enquêtrice afin qu’il soit mis un terme à cette tentative de transformer le vautour sauvage en animal d’élevage, en « outil ». Nous avons demandé à l’Etat de prendre toutes ses responsabilités par un courrier adressé à Madame la Sous-préfète d’Argelès.
Communiqué de l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Pyrénéen, agréée protection de l’environnement
Argelès-Gazost 23 juillet 2009
Adresse : AREDA - 16 rue du Dr Bergugnat 65400 Argelès-Gazost
Tél : Marie-Lise Broueilh, 06.30.36.97.52.
[bleu]Mis en ligne jeudi 23 juillet 2009[/bleu]